Auteurs de Bokantajénès

Découvrez les auteurs de Bokantajénès et leurs chroniques ici !

Tout d’abord, voici :

Citronimous, Auteure de la chronique « Une chronique hors pair »

Citronimous

« Jeune martiniquaise de 21 ans, j’ai quitté mon île après y avoir vécu pendant 18 ans – sans rien connaître d’autre… je vous épargne le choc culturel à mon arrivée sur le continent ! Anyway, après mon Bac+2, j’ai dû faire une pause donc j’ai décidé de passer 1 année à Londres en tant que fille au pair. LOL. Pour vous faire une idée, je n’aime pas particulièrement les enfants (je suis pas gaga quoi!), j’ai une nièce de 4 ans à qui j’apprends à faire des bêtises, sinon je supporte difficilement les enfants des autres.
Je suis passionnée de gastronomie, particulièrement de pâtisserie. Je ne connais pas les classiques, que de soit le Seigneur des Anneaux, Star Wars, Harry Potter et tous leurs copains ; mais je peux volontiers construire une cabane ou boire un verre dans un pub anglais avec vous.
Je pense être amusante, intelligente et mignonne mais bon… on est jamais sûr de rien ».

Une chronique hors pair

Cette chronique portera donc sur mes mini aventures en compagnie d’Ella 5 ans et Casper 1an et demi à l’heure actuelle. Ils sont d’origines martiniquaise et mexicaine.
Ma chronique n’a pas de très grandes prétentions si ce n’est de vous conter des pti trucs tous cons tous bêtes qui prêtent à sourire et puis une optique de la vie qu’un jeune étudiant n’a pas encore, et qui mine rien, fait beaucoup réfléchir.

Retrouvez la chronique en cliquant ici !

Ensuite,

Jolie Nappy, auteure de « Les péripéties de la vie »

Jolie Nappy

Etudiante de 21 ans ayant une grande passion pour la mode. Elle choisit ce pseudo comme une référence à un parcours initiatique. En effet, elle fait référence à sa redécouverte de ses propres cheveux, sa découverte d’une beauté avec…

Les péripéties de la vie
« Chaque jour je retiens une leçon de la vie et c’est avec plaisir que je vais vous partager les péripéties de ma vie. »

Retrouvez la chronique en cliquant ici !

Et puis,

PX251, auteur de la chronique « Stranger Things »

PX251

* tape ses identifiants * Hello tout le monde, moi c’est PX251, étudiant le jour, geek la nuit, et ma vie n’est pas facile. Comment ? Pardon ? Bien sûr que c’est dur la vie d’un geek surtout lorsque votre entourage qui n’a pas un pied dans votre monde ne comprend absolument rien à ce que vous pouvez ressentir ou réagir !

Stranger things

Je vous inviterai donc tous les mois à lire mes (més)aventures depuis la création du m… Oula je m’emporte, depuis quelques années ! J’espère que ça vous plaira !

Retrouvez la chronique en cliquant ici !

Mais aussi :

LC, auteure de la chronique « Comment j’ai… »

LC

« J’ai 20 ans, je vais commencer en septembre 2018 une école de cuisine à Paris. J’aime la lecture, la musique et les activités manuelles en général !  »

Comment j’ai…

« Cette chronique racontera donc comment j’ai passé et géré différentes étapes de ma vie dans lesquelles j’espère que certains pourront se reconnaître. »

Retrouvez la chronique en cliquant ici !

Ensuite,

Alexis, auteur de la chronique « Ti Sonson en Métropole »

Alexis

Jeune homme de 21 ans ayant grandi en Martinique et maintenant étudiant en philosophie à la faculté de Lyon.

Ti Sonson en Métropole

Alors, cette chronique relate les anecdotes d’un ultramarin en France Hexagonale.

Retrouvez la chronique en cliquant ici !

Mais également,

Létu-Carotte Tomate, auteure de la chronique « Vie De Mwa » (VDM)

Létu-Carotte Tomate

D’un père togolais-camerounais et d’une mère martiniquaise, je suis née à Londres et ai grandi en Martinique. Ce qui pour moi explique un certain nombre de choses sur ma façon d’être et de voir les choses. Plutôt optimiste et enthousiaste face à la vie, je n’hésite pas à prendre note de mes pensées et aventures.

Vie De Mwa

Bokantajénès est donc pour moi l’opportunité de les publier dans l’espoir que ce partage plaira à certain. Entre Londres et la Martinique principalement, je vous emmènerai avec moi partout où le vent me mènera. D’ailleurs, si tout se passe bien, on visitera à un endroit carrément génial et un peu fou : ma tête. X) Es zot paré ?

Retrouvez la chronique en cliquant ici !

Et même…

So’Queen, auteure de la chronique « Une chronique de retour au pays natal »

So’Queen

Je suis une jeune martiniquaise de 21 ans qui revient dans son pays après une année d’absence. J’ai envie de m’exprimer d’abord en tant que martiniquaise mais aussi en tant que française.

Une chronique de retour au pays natal

Dans ma chronique j’ai envie de parler du « retour » au pays. Parce que c’est un thème relativement d’actualité mais aussi et surtout parce que je suis entrain de l’expérimenter pour la première fois. Ayant depuis toujours assisté au retour des vacanciers, ouvrant de grands yeux face aux prix (eh oui la vie chère ne disparait pas en un an), au manque d’infrastructures ect.. je leur ai toujours trouvé à la bouche la critique facile. Aujourd’hui je suis dans la peau de ce vacancier et je veux partager mon regard –peut-être neuf – sur mon île.

Si ce sera certainement mon fil conducteur, j’aborderais également d’autres thèmes liés aux voyages, à la découverte de sa culture et de soi via d’autres cultures et d’autres lieux.

Retrouvez la chronique par là !

Sans oublier : 

Balndé Laye auteur de « mes premières découvertes »

Balndé Laye

24 ans, je suis de nationalité sénégalaise. J’ai obtenu un Bac L  en 2014 et orienté au département d’histoire de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (UCAD).

Après une année (2014) très mouvementé par des grèves universitaires, j’ai décidé de m’inscrire dans un institut privé. Ainsi j’ai choisi le journalisme et la communication pour améliorer mes difficultés en communication.

Parallèlement, j’ai cumulé deux formations jusqu’en licence, en histoire moderne et contemporaine à l’UCAD et journalisme et communication à ISEG (Institut Supérieur d’entreprenariat et de Gestion).

J’ai effectué un stage en presse écrite pendant trois mois au journal Sur quotidien de DAKAR, avant de venir.

Au cours de l’année 2017-2018, j’ai postulé dans 7 universités françaises pour venir continuer mes études.

Mon objectif c’est de continuer mes études jusqu’à soutenir ma thèse et rentré au Sénégal pour partager mes connaissances avec les entreprises et milieux scientifiques sénégalais qui en auront tant besoin.

Mes premières découvertes

Ma chronique va porter sur l’histoire d’un jeune qui a vécu dans deux mondes très différents sur tous les plans: culturel, social, géographique, religieux…etc.

Retrouvez la chronique en cliquant ici !

Et enfin…

swvn, auteure de la chronique « Memento morito »

swvn

Bonjour, bonsoir ! swvn (en minuscule car c’est énorme), Bibi pour les intimes et… ah oui, froisses pas trop ton cerveau, je me lis swann/souanne et… voili voilou. Uh, oui qui je suis… euh, je suis… Moi. Ouais. Les règles de bienséance voudraient que je me présente : nom-prénom-âge-genre avec en bonus origines-domiciles-étudeset autres éléments devant supposément me définir mais nan, c’est nul (désolé (ou pas ?)). Je suis plus que ça, on est plus que ça. Oui ! Soyons vrai par nos mots et nos actes, observons nous, écoutons nous (lisons nous en l’occurrence lol) et tâchons de nous comprendre ; vous saurez  ainsi ce que vous avez besoin de savoir. Cela dit, je suis sympa so… reprenons ! Bonjour, bonsoir ! swvn, tout un monde paradoxal donc presque rien car parfois je parle de Nous mais il ne s’agit que de Moi.

La Bise !

memento morito

Partageons un verre ou un contenant plein de la boisson de ton choix, mets toi à l’aise.

Memento Morito ? Je ne sais pas.

Souvent les mots ne suffisent pas, ou ils sont « en trop ». Ils dénaturent un ressenti, dénaturent l’abstrait pour le rendre concret parce qu’il faut échanger, dire, partager. Apparemment… Il faut se comprendre, oui. Apparemment c’est par les mots, bon… C’est pas plus mal. Oui, parce que parfois on est transcendé par la Beauté d’une association de mots. Par cette transcendance nous ressentons le besoin d’évacuer un trop plein, de se vider… mais les mots ne suffisent plus pour exprimer notre émerveillement face aux mots alors, on essaie de mettre des mots dessus. J’adore. Tout plein de mots, plein de bons sentiments et/ou de maux, c’est trop beau ! Alors j’écris, sur toutes ces choses que je vis, par mes yeux ou par l’expérience, qui me fascinent et que je tente de comprendre.

Ah, mon verre est déjà vide… bon, je vais me resservir. En attendant, n’oublies pas de vivre !

Retrouvez la chronique en cliquant ici !

En conclusion : abonnez-vous à la newsletter pour ne rien rater de ce concept très intéressant !

Belle navigation sur Bokantajénès 🙂 !